Télétravail : enfin un accord pour tous !

Télétravail : enfin un accord pour tous !

La crise COVID aura permis de mettre le sujet du télétravail sur la table notamment pour BDDF qui jusqu'à présent était exclu de ce mode d'organisation. La CFDT déplore que ce déploiement soit progressif : en effet, certains métiers ne seront éligibles qu'en 2023.
La CFDT est signataire de cet accord que vous attendiez tous ! Même si celui-ci n'est pas parfait, vos négociateurs l'ont fait évoluer de façon significative en ajoutant de nombreux garde-fous.

LES POINTS POSITIFS DE L'ACCORD-CADRE

Le télétravail est basé sur le volontariat du salarié. Il est réversible, peut être suspendu et adapté.

La CFDT a obtenu que dès la fin 2022, on puisse rediscuter de cet accord notamment pour avoir un recul sur BDDF et avoir une meilleure compensation financière. En effet, les économies immobilières réalisées permettront à la direction de mieux indemniser tous les salariés.

Le télétravail
de référence est
de 2jours par semaine.
Le salarié peut bénéficier de 11 jours supplémentaires par an. Ces journées sont dites flexibles.

Maintien d'une présence
sur site 
de 40 %
par quinzaine.


Ticket Restaurant
pour tous 
sur
les jours télétravaillé *
150 € de subvention tous les 5 ans
sans justificatif 
versés à l'entrée
dans le dispositif.
Adaptation du télétravail pour les salariés en situation de handicap et/ou les proches aidants.


Vous avez été plus de 8000 à répondre à l'enquête de la CFDT sur le télétravail :  vous avez tous réclamé entre 1 et 3 jours de télétravail par semaine et une prise en charge des frais générés. Sur le premier point, la direction a suivi, toutefois, elle est restée particulièrement frileuse pour la participation, prétextant qu'elle n'avait pas encore réalisé d'économies de structure sur les bâtiments.

*L'expression « télétravail », le verbe « télétravailler » et les noms « télétravailleur, télétravailleuse » sont entrés au dictionnaire en juin de cette année. Les linguistes ont décidé que le participe passé de « tétravailler » serait toujours invariable. Nous n'accorderons donc plus « télétravaillé ».

LES POINTS DE VIGILANCE AUXQUELS NOUS SERONS ATTENTIFS DANS LA COMMISSION DE SUIVI


  • En fonction du métier, la référence des 2 jours par semaine sera adaptée, pouvant ainsi aller de 0,5 jour à 3 jours par semaine.
  • Le salarié pourra émettre des souhaits sur ses choix de jours télétravaillé, mais la décision finale sera à la main du manager afin d'organiser le planning de l'équipe. Ces jours resteront fixes.
  • Pour les commerciaux, cet accord donne l'opportunité à la direction d'envisager d'aménager les horaires de travail (plages de travail décalées sur le midi et le soir) afin de joindre plus facilement les clients.

LES POINTS DE DESACCORD AVEC LA DIRECTION


  • Pas de prise en charge des autres frais comme le chauffage ou encore l'électricité.
  • Le télétravail pourrait être utilisé comme mesure d'accompagnement pour les futurs plans de transformation.
  • Pas de ticket restaurant sur les journées dites flexibles
  • En cas de télétravail exceptionnel (situation de crise), la Société Générale opérera 1 mois de carence avant que les salariés puissent bénéficier des tickets restaurants
  • Droit à la déconnexion : la direction se contente de grands principes

L'IMPORTANCE DE LA COMMISSION DE SUIVI POUR BDDF


Tous les retours d'expérimentations
seront présentés en commission
de suivi
À l'issue des expérimentations, une grille référentielle sera établie afin de déterminer le nombre de jours télétravaillables par métier. Accès aux supports de formation
et à l'outil de formalisation
du télétravail.

Cet accord sera mis en place au 1er juin 2021 sous réserve d'une sortie de la crise Covid.


Vos élus CFDT seront investis sur le sujet tout au long du déploiement au sein de la commission de suivi nationale et dans vos CSEE locaux. 
N'hésitez pas à nous faire remonter vos questions et réactions afin que nous puissions faire vivre cet accord.