Négociations relatives à la sortie de crise : faisons le point.

Négociations relatives à la sortie de crise : faisons le point.

INTERESSEMENT / PARTICIPATION, PRIMES COVID, TELETRAVAIL, TRANSPORTS, CHARGE DE TRAVAIL : NEGOCIONS LE MONDE D'APRES !

La Direction a invité les organisations syndicales à négocier les conditions de la sortie de crise. Elle espère obtenir des efforts de la part des salariés sous couvert d'une prime. Nous vous détaillons ici ses propositions ainsi que nos revendications sur ces sujets.

PROPOSITIONS DE LA DIRECTION

PRIME COVID

Les salariés qui sont venus sur site durant la période de confinement, et dont la rémunération n’excède pas 3 SMIC, pourront bénéficier d’une prime progressive selon le temps de présence sur le lieu de travail.

 
  • Moins de 10 jours pas de prime
  • Présence entre 10 et 15 jours : 500€
  • Présence au-delà de 15 jours : 750€

Pour les personnes en télétravail aucune compensation financière.

 

PRIME DE RESTAURATION

Maintien des tickets restaurant [TR] pour les personnes en télétravail.

Aucune compensation pour les salariés en télétravail et n’ayant pas de TR.

Les personnes venues sur le lieu de travail et n’ayant pas pu aller au restaurant d’entreprise, auront une prime de cantine à hauteur de la part patronale du ticket restaurant.

 

TRANSPORTS ALTERNATIFS

Versement d’une prime en remplacement de l’indemnité des transports en commun et du même montant, pour les personnes qui souhaitent utiliser des transports alternatifs comme le vélo. Cette prime est exclusive et non cumulable avec d’autres indemnités de transports.

 

RENÉGOCIER LE TÉLÉTRAVAIL AU SEIN DU GROUPE

Société Générale fait le constat que le déploiement du télétravail de façon massive à l’ensemble des BU/SU, est une organisation du travail inédite et que  l’accord de 2016 est désormais inadapté. La direction s’engage à entamer une négociation avec les OS sur le télétravail avant fin septembre, cette négociation permettra de couvrir l’ensemble des BU/SU de SG.

 

INTÉRESSEMENT ET PARTICIPATION POUR L’ANNÉE PROCHAINE

Reconduction de l’accord pour un an en ajustant la clause RSE (3 millions d’achats responsables non acquis), avec l’éventualité du versement d’un dividende exceptionnel pour les salariés.

 

LES CONGÉS EN 2020

Société Générale demande pour l’année 2020 que l’ensemble des salariés pose la totalité de leurs jours de congés (CA et RTT), sans possibilité de versement dans le CET. Elle justifie cette demande pour deux raisons :

Compte tenu du contexte économique, le CET constitue une charge importante pour l’entreprise.

La nécessité pour les salariés de prendre des vacances pour se reposer.

LES REVENDICATIONS DE LA CFDT

DANS LE CADRE DES NÉGOCIATIONS DE SORTIE DE CRISE 

En préambule, nous avons rappelé à la direction que nous sommes toujours en situation de crise et que nous devons avoir une réflexion collective et solidaire pour récompenser les salariés qui ont permis le maintien l’activité de SG. Les propositions de la direction risquent d’opposer les salariés entre eux et vont générer de la frustration.

PRIMES RELATIVES AU COVID, AUX TRANSPORTS ET À LA RESTAURATION : TOUS LES SALARIÉS DOIVENT ÊTRE CONCERNÉS

La CFDT considère que la solidarité des salariés a permis d’assurer la continuité de l'activité. La prime doit donc être universelle même si elle peut être accompagnée d’une seconde prime pondérée en fonction du risque pris par le salarié présent sur le lieu de travail.

Pour les transports alternatifs, nous souhaitons le versement d’une prime ou d’une indemnité pour les salariés utilisant le vélo en complément et pas à la place des abonnements de transports en commun.


Les personnes en télétravail
ne doivent pas être exclues de cette négociation.

La direction doit tenir compte des salariés fragiles ou en garde d’enfants qui se sont vu imposer cette situation et ont permis de réduire le risque sanitaire en restant confinés, ils n’ont pas choisi de ne pas travailler.

 

CHARGE DE TRAVAIL, CONGÉS ET INTÉRESSEMENT

Reconnaissance des heures supplémentaires non demandées, mais induites par la charge de travail notamment pour les conseillers PRO et PME avec le nombre de dossiers liés au Prêt garanti par l’État.


La liberté de poser ses congés sans condition.

La monétisation du CET est considérée comme un élément de rémunération pour beaucoup de salariés et la direction ne doit pas pénaliser ces personnes notamment les bas salaires.


Demande d’un complément d’intéressement
qui a l’avantage de concerner l’ensemble des salariés.

 

AFFAIRE À SUIVRE !

Les prochaines négociations auront lieu le 2 juin à 14h

et le 4 juin à 9h.