Fusion Société Générale et Groupe Crédit du Nord

 Fusion Société Générale et Groupe Crédit du Nord

UNE  CFDT, MOBILISÉE,

POUR TOUS LES SALARIÉS


LE PROJET DE TOUS LES DANGERS !

Le processus qui aboutira à la fusion de nos enseignes et à la disparition du Groupe Crédit du Nord se concrétise pour le pire…




Le cabinet d'expertise indépendant mandaté par les CSE a rendu son rapport qui, malheureusement, confirme les craintes de la CFDT pour l'avenir des salariés.

L'accumulation d'erreurs stratégiques, l'incapacité de l'entreprise à rassurer les marchés, les pertes faramineuses du premier semestre ont amené la SG à choisir cette option dans l'urgence. Qui a dit panique ?

Pour l'expert, ce projet ne se justifie pas économiquement et fait prendre un risque important non seulement au groupe CDN qui est résilient tel quel, mais aussi à l'ensemble du groupe SG. En effet, ce projet a plus de chance de détruire de la valeur que d'en créer, le tout en détruisant… des milliers d'emplois.

Un projet uniquement basé sur des réductions de coûts

Contrairement aux annonces, la SG ne retient pas « le meilleur des deux banques » mais ce qui lui coûte le moins cher.

La mise en oeuvre organisationnelle sera périlleuse tant pendant la période de transition qu'après. La direction est volontairement aveugle au risque d'attrition de clients, aux départs de salariés et de leurs compétences…

La CFDT pourra revenir vers vous sur les détails du projet après la consultation des CSE.


Après 6 mois d'attente, la direction impose un calendrier de négociation intenable

La CFDT est consternée du timing de négociation au pas de course que la direction veut imposer. C'est un très mauvais signal car nous imposer de négocier vite, c'est nous obliger à négocier au rabais. Il est très loin le concept de nivellement par le haut ! Si la direction persiste, ce sera sans nous.

Une fois de plus, la SG privilégie une stratégie de court terme pour « tromper » les marchés au mépris des salariés, des clients et de sa propre pérennité.

 

Partout dans le groupe, la CFDT continuera de peser pour que la direction n'hypothèque pas l'avenir des 30 000 salariés directement concernés.

La direction doit rectifier le tir et revenir sur son erreur stratégique. A minima elle doit se donner les moyens de sa réussite : un nivellement par le haut des statuts, le respect de la culture de chaque enseigne, la prise de temps nécessaire pour créer une organisation digne de ce nom…


  • La CFDT refuse de bâcler ces échanges qui doivent se faire en toute transparence pour un dialogue social qui ne soit pas un simulacre.

Nous souhaitons que les autres Organisations syndicales partagent nos revendications légitimes pour garantir la sécurité de tous les salariés. Ensemble nous serons plus forts.