CDI d'opération : la CFDT est CONTRE, S'OPPOSE et OBTIENT !

CDI d'opération  : la CFDT est CONTRE, S'OPPOSE et OBTIENT !

Suite aux ordannances Macron, les patrons des banques ont souhaité compléter la panoplie déjà bien étendue des contrats précaires en instituant le CDI d'opération.
Sa particularité est d'être conclu pour la durée d'un projet donné. Il peut être rompu à l'issu du projet ou en cas d'abandon de l'opération. La rupture est formalisée par un licenciement pour une cause réelle et sérieuse. 
Le SNB/CFE-CGC a été la seule organisation syndicale a avoir signé cet accord.
La CFDT considère que c'est un outil de plus dans la main des employeurs pour précariser les emplois dans la banque.
Première organisation syndicale, avec 34 % de représentativité dans le secteur bancaire, le SNB/CFE-CGC peut signer seul des accords de branche (seuil de 30%). Mais la CFDT (27 % de représentativité) a décidé de faire jouer son droit d'opposition à cet accord. Elle a donc sollicité les autres organisations non signataires afin les associer à sa démarche car il faut reunir 50% de représentativité pour le faire. C'est chose faite, l'accord ne sera donc pas mis en oeuvre.
Aujourd’hui dans la branche AFB, 98 % des salariés sont en CDI, dans certaines activités (l’informatique, par exemple), les employeurs font massivement appel à des prestataires externes. La création d’un CDI d’opération, dont l’issue est conditionnée par la fin d’un projet, va permettre d’internaliser certains emplois, mais surtout de faire baisser les coûts salariaux, au détriment de la pérennité de l’emploi des salariés. Et ce, d’autant qu’il pourra concerner tous les métiers, sauf les métiers commerciaux dans les agences.
Vous trouverez ci-joint le texte de l'accord, le communiqué de presse de la Fédération CFDT Banques et Assurances et l'article des échos.fr du 18/04
Cerise sur le gâteau, les employeurs ont profité de cet accord pour assouplir les modalités d’usage du CDD en augmentant le nombre maximum de renouvellements, qui passe de deux à trois, tout en diminuant les délais de carence entre deux CDD.

Partagez cet article